BONG
facebook twitter
Jacco Gardner : Le rêve d’une musique Unknown Mortal Orchestra, l’amour en partage Jimmy Hunt : mi-rock, michoko Acid Baby Jesus en crise de conscience Centenaire ou l'épaisseur des siècles
Sans titre

Le rêve d’une musique

Délaissant son chapeau haut de forme et sa pop praxinoscope, Jacco Gardner s’est assoupi dans les mystères du célèbre Suspiria. Avec « Hypnophobia », le songwriter entr’ouvre les portes de son cabinet psychédélique pour nous raconter ses délires nocturnes.

Sans titre

Unknown Mortal Orchestra, l’amour en partage

Nous avions laissé Ruban Nelson empêtré dans un psychédélisme neurasthénique. Pour chanter ses amours sidérales, « Multi-Love » préfère se la jouer Stevie Wonder lo-fi. Surprenant !

chocoat

Chocolat : Mi-rock, michoko

En ce début d’année, « Tss Tss » est venu décaper le rock francophone avec un sens impayable de la régression garage. Avant de croiser Chocolat à la Villette Sonique, première rencontre avec Jimmy Hunt.

V4-image

Les mirages et fausses images de Venera 4

Depuis la sortie de Deaf Hearts, le chemin de Venera 4 vers l’étape du premier album s’est davantage assimilé à une conquête de l’image qu’à la classique maturation musicale. De leurs clips jusqu’à Eidolon, Venera 4 ne se cache plus, sans oublier de brouiller les lignes.

Sans titre

Centenaire ou l’épaisseur des siècles

La première écoute de « Somewhere Safe » est familière. Mais bientôt les repères se brouillent, les morceaux se creusent et dévoilent une épaisseur confondante. Littéralement absorbés par la musique de Centenaire, nous avons emporté dans notre chute toutes les questions que nous souhaitions poser.

AMJ

Acid Baby Jesus en crise de conscience

A l’occasion d’un passage à la Mécanique Ondulatoire, nous avons tenté de cerner l’éclat des nouveaux héros du rock grec. Et puisqu’Acid Baby Jesus hésite à endosser le costume des divinités psychédéliques, nous nous sommes chargés de les mythologiser.

tomorrows 528

Tomorrows Tulips : « Nos vies sont des Happy Meal »

Une rencontre depuis longtemps espérée avec Alex Knost, musicien paumé dans notre grand cirque moderne, qui ne jure que par la pop assoupie de ses Tomorrows Tulips.