BONG
facebook twitter
Acid Baby Jesus en crise de conscience Tomorrows Tulips : « Nos vies sont des Happy Meal » Steeple Remove connaissent les bons coins à champignons Triple claque chilienne
AMJ

Acid Baby Jesus en crise de conscience

A l’occasion d’un passage à la Mécanique Ondulatoire, nous avons tenté de cerner l’éclat des nouveaux héros du rock grec. Et puisqu’Acid Baby Jesus hésite à endosser le costume des divinités psychédéliques, nous nous sommes chargés de les mythologiser.

tomorrows 528

Tomorrows Tulips : « Nos vies sont des Happy Meal »

Une rencontre depuis longtemps espérée avec Alex Knost, musicien paumé dans notre grand cirque moderne, qui ne jure que par la pop assoupie de ses Tomorrows Tulips.

photomaton projo-1

Steeple Remove connaissent les bons coins à champignons

Le 17 novembre sortira Position Normal, le quatrième album d’un des rares groupes en France à naviguer aussi à l’aise sur les frontières troubles du post-punk, shoegaze et krautrock en toute légitimité. La raison ? Ils n’ont ni attendu les filtres Instagram, ni le retour des coiffures à base de cœurs de palmier pour s’y intéresser.

Sans titre

Triple claque chilienne

Nos passions shoegaze sont d’irrésistibles amours de vacances. Poursuivant notre cartographie sonique, nous nous sommes mis à rêver de Santiago et de Valparaíso comme nouveaux Valhalla noisy. Après tout, nos chroniques ne sont que des promesses de voyage. Des rails sans train. Des nuages sans avion.

_MG_0908

Le Paris International Festival of Psychedelic Music en images

Longtemps attendue par une flopée d’amoureux des sonorités psychédéliques, la première édition du premier psych fest parisien se tenait début juillet à la Machine du Moulin Rouge. Évidemment, nous étions là-bas pour gouter aux saillies réverbérées de cet événement, et pour vous ramener quelques images prises sur le vif.

Pingpong

Bong Magazine au This Is Not A Love Song Festival

C’était la petite curiosité dans le grand bal des festivals estivaux. Pour sa deuxième édition le This Is Not A Love Song Festival de Nîmes affichait une programmation hallucinante, notamment pour ses deux premiers jours où se succédaient Ty Segall, the Brian Jonestown Massacre, Slowdive, Neutral Milk Hotel ou encore the Black Lips.

Sans titre

Bob Mould, la majesté des ruines

On a beau vouer un culte à Hüsker Dü ou Sugar, Bob Mould avoue n’être qu’un simple conteur. Un artisan, au sens noble du terme, qui publie en juin le chapitre le plus intimiste de sa discographie. Il ne fallait donc pas moins d’une heure pour discuter de ce Beauty & Ruin.