BONG
facebook twitter
Triple claque chilienne Bob Mould, la majesté des ruines Traams : « Aller danser comme un idiot en boîte » Anton Newcombe : « Je n’ai jamais voulu être Bon Jovi » Kelley Stoltz : « Les mélodies sont ma raison de vivre »
_MG_0908

Le Paris International Festival of Psychedelic Music en images

Longtemps attendue par une flopée d’amoureux des sonorités psychédéliques, la première édition du premier psych fest parisien se tenait début juillet à la Machine du Moulin Rouge. Évidemment, nous étions là-bas pour gouter aux saillies réverbérées de cet événement, et pour vous ramener quelques images prises sur le vif.

Sans titre

Triple claque chilienne

Nos passions shoegaze sont d’irrésistibles amours de vacances. Poursuivant notre cartographie sonique, nous nous sommes mis à rêver de Santiago et de Valparaíso comme nouveaux Valhalla noisy. Après tout, nos chroniques ne sont que des promesses de voyage. Des rails sans train. Des nuages sans avion.

Pingpong

Bong Magazine au This Is Not A Love Song Festival

C’était la petite curiosité dans le grand bal des festivals estivaux. Pour sa deuxième édition le This Is Not A Love Song Festival de Nîmes affichait une programmation hallucinante, notamment pour ses deux premiers jours où se succédaient Ty Segall, the Brian Jonestown Massacre, Slowdive, Neutral Milk Hotel ou encore the Black Lips.

wyatt-family-3

The Wyatt Family : lutte, muscles et reverb’

L’industrie musicale en est incapable, celle du catch l’a fait. La grande compagnie américaine de la lutte scénarisée voit sa hype du moment située au croisement de l’errance aride des Psychic Ills, de la virilité désertique de Destruction Unit et du psychédélisme mastodonte des Black Angels. Pas de tube au Billboard, mais un gang bien cramé qui casse des nuques pour le prestige de nos couleurs.

Sans titre

Bob Mould, la majesté des ruines

On a beau vouer un culte à Hüsker Dü ou Sugar, Bob Mould avoue n’être qu’un simple conteur. Un artisan, au sens noble du terme, qui publie en juin le chapitre le plus intimiste de sa discographie. Il ne fallait donc pas moins d’une heure pour discuter de ce Beauty & Ruin.

Sans titre

Traams : « Aller danser comme un idiot en boîte »

Qu’est-ce qui distingue un groupe anglais d’un autre groupe anglais ? Plus difficile : qu’est-ce qui différencie un groupe de garage punk anglais d’un autre groupe de garage punk anglais ? Précédé d’une réputation flatteuse et de quelques EP prometteurs, Traams a tenté de répondre à ces questions, un rictus aux lèvres et un premier album en poche.

Anton4 - credit Katy Lane

Anton Newcombe : « Je n’ai jamais voulu être Bon Jovi »

Près de vingt ans après ses chefs d’œuvre postmodernes et dérangés Their Satanic Majesties’ Second Request et Thank God for Mental Illness, Anton Newcombe est un artiste, un père de famille et un patron de label en paix avec lui-même. Rencontre à Paris à quelques jours de la sortie de Revelation, nouvel album brillant de son Brian Jonestown Massacre.